Connaître ses freins et motivations, véritable vecteur de transformation du Dirigeant


Selon les observations de Ian C. WOODWARD*, professeur de management au sein du département psychologie des organisations à l’INSEAD, spécialiste du leadership et de la communication, il faut avoir une profonde connaissance de soi pour atteindre les objectifs en matière de développement personnel tels que l’écoute active, l’arrêt du micro-management, un meilleur contrôle de ses émotions, développer son réseau ou apprendre à mieux communiquer…

En effet, il existe des centaines d’objectifs : à chacun le sien et les méthodes pour y parvenir.

Pour cela, il faut explorer les forces intérieures qui sont susceptibles de valoriser ou de freiner les efforts de développement personnel.

C’est le sujet principal du livre « Exploring Leadership Drivers and Blockers » qu’il a co-écrit avec Samah SHAFFAKAT de la Liverpool Business School et Vincent DOMINÉ, professeur auxiliaire de leadership à l’INSEAD.

Ian C.WOODWARD affirme qu’explorer ses motivations et ses freins, qu’ils soient conscients ou inconscients, permet d’acquérir une meilleure connaissance de soi et ainsi, de bâtir son propre plan d’action pour améliorer son leadership.

Par un processus basé sur un très large éventail de questions destinées à des cadres et dirigeants d’entreprises, la démarche permet de découvrir nos visions particulières du monde qui nous entoure, des émotions, des traits de caractère, ainsi que des valeurs et des sources de motivation qui facilitent ou bloquent nos efforts de changement.

Une connaissance de soi plus profonde aide à procéder à une véritable mise au point, à mieux cibler ses objectifs, et à définir ainsi un plan d’action plus adapté.

Cependant, les recherches menées par Ian C.WOODWARD, Samah SHAFFAKAT et Vincent DOMINÉ montrent que l’exploration des motivations et des freins ne doit constituer qu’une partie d’un processus de développement du leadership plus large – afin de relier au maximum ces informations à la réflexion sur soi et aux retours de son environnement et des collègues.

Le simple désir, même s’il est bien réel, de devenir un meilleur dirigeant suffit rarement à parvenir à un changement durable. Comme le soulignent les chercheurs Robert Kegan et Lisa Lahey dans leur livre « Immunity to Change », « le désir et la motivation ne suffisent pas : même s’il s’agit véritablement d’une question de vie ou de mort, mettre en œuvre le changement peut ressembler à une montagne impossible à gravir. »

Selon Ian C.WOODWARD, cette démarche de meilleure connaissance de soi doit être intégrée à un programme de développement ou à un coaching de plus grande ampleur.

Et vous, quelle démarche êtes-vous prêt à engager dans votre souhait de transformation et de développement de votre leadership ?  

Ian C. WOODWARD est directeur de l’Advanced Management Programme, qui est un programme exécutif de l’INSEAD ; il enseigne au sein des programmes de renforcement du leadership


Article rédigé, d’après la chronique de Ian C. WOODWARD dans la Harvard Business Review, par Nicole SIBEUD, Consultante en Executive Search & Coach professionnelle